Tribunes

Tribune de Coenove

03 / 11 / 2020

 

David Ascher
Bernard Aulagne, de quels leviers d’innovation disposons-nous pour favoriser l’accélération écologique ?

 

 

Bernard Aulagne
Le gaz a un rôle incontournable à jouer dans cette transition. Le sauvetage de la planète ne se résume pas à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le traitement des déchets nucléaires est également essentiel. Pour réussir, il est nécessaire de mobiliser toutes les filières, y compris les filières traditionnelles comme celle du gaz. L’innovation est présente dans tous les maillons de la chaîne de valeur de la filière gaz. Par exemple, on assiste à l’émergence des gaz renouvelables comme le biométhane, la pyrogazéification ou l’hydrogène. Ces gaz verts, couplés à des travaux d’efficacité énergétique permettront à la France de consommer un gaz 100 % renouvelable en 2050. Par ailleurs, le gaz issu de la méthanisation présente de nombreuses externalités positives, au premier rang desquelles un complément de revenus substantiel pour les agriculteurs. Autre exemple d’innovation au niveau des équipements : le développement des technologies hybrides comme la PAC électrique qui allie le meilleur des deux technologies que sont une petite pompe à chaleur électrique et une chaudière très haute performance énergétique.

 

 

Je n’ai donc pas d’inquiétude quant à l’innovation technique et technologique de la filière gaz. En revanche, cette innovation doit aussi être présente à tous les niveaux, y compris dans les têtes. Il y a un décalage entre les innovations qui sont proposées et leur mise en oeuvre sur le marché, comme le montre le sort d’une innovation permettant d’alimenter un immeuble avec du biométhane, et financé par de ressources extrabudgétaires dont l’intégration dans la RE2020 traîne en longueur. Les normes et les règlements peuvent être un frein. L’innovation doit s’attaquer à la verticalité et au silotage des prises de décision.

 

 

David Ascher 
Marjolaine Meynier-Millefert, voulez-vous réagir ? Les industriels du gaz ont en effet parfois l’impression d’être poussés vers la sortie.

 

 

Marjolaine Meynier-Millefert
Je veux rappeler qu’il y a de la place pour tout le monde dans nos objectifs de décarbonisation. L’enjeu est tel que l’on ne peut se priver de personne. Je suis une agnostique énergique. Il y a en plus un avantage important avec le gaz vert, qui est la captation des biodéchets.

 

 

Télécharger les échanges de la session III