observatoire

L’entretien COENOVE : 3 questions à Claude Freyd, Directeur de l’innovation de BDR Thermea Group

Mardi, Février 23, 2021

 

Reconnu par la Commission européenne et par les États membres comme contributeur important de réduction des émissions de CO2,  l’hydrogène bénéficie en France d’un plan dédié de 7 milliards d’euros d’ici 2030. Ces chiffres ne peuvent pas laisser insensible BDR Thermea ?

 

BDR Thermea Group, qui est aujourd’hui “hydrogen ready”, puise sa motivation dans de multiples raisons. La première, c’est que l’hydrogène est un excellent vecteur énergétique produit de différentes façons et dont les émissions de carbone sont réduites voire nulles. La deuxième, c’est que le réseau gazier peut être transformé à coût raisonnable pour le transporter. La troisième, c’est que l’hydrogène produit à partir d’électricité permettra de développer davantage l’électricité verte car il stabilise le réseau grâce au stockage de cette énergie ; ce faisant, il contribue à « verdir » davantage l’électricité. Dans le bâtiment, l’hydrogène offre une excellente complémentarité avec les autres solutions, d’autant plus que cette énergie offre une grande souplesse d’utilisation et une grande flexibilité des usages, au bénéfice du confort thermique des bâtiments. Nous constatons que les gaz verts vont jouer un rôle majeur dans la transition énergétique car ils permettent un déploiement progressif des solutions.

 

Comment cet engouement pour l’hydrogène se traduit-il concrètement au niveau des produits que vous développez ?

 

BDR Thermea Group a développé une chaudière à hydrogène pur de 28 kW, compacte et très facile à installer. À terme, l’objectif consiste à ramener son prix au niveau de celui d’une chaudière classique. La première version de cette chaudière a été installée en 2019 dans la banlieue de Rotterdam dans un immeuble collectif, son hydrogène étant produit avec un électrolyseur. C’est une première mondiale, avec une chaudière en fonctionnement aujourd’hui et qui ne produit aucune émission de CO2. Nos chaudières sont d’ores et déjà homologuées en Hollande pour fonctionner avec 20 % d’hydrogène, et prochainement elles le seront dans le reste de l’Europe. Nous avons engagé des discussions avec les pouvoirs publics européens afin que la compatibilité avec l’hydrogène à 20 % (et ultérieurement l’hydrogène à 100 %) soit inscrite dans la réglementation, avec une première phase de volontariat, puis une phase exigeant que tout produit mis sur le marché soit compatible a minima avec l’hydrogène à 20 % puis dans un second temps avec de l’hydrogène pur. La compatibilité avec de l’hydrogène pur sera assurée par la mise en place d’un kit spécifique de conversion très simple à mettre en place (en moins d’une heure) ; ainsi, lorsque le réseau gazier basculera dans le 100 % hydrogène, le parc pourra suivre ce mouvement.

 

Sentez-vous déjà une appétence dans les territoires pour cette solution technique basée sur l’hydrogène ?

 

Au Royaume-Uni, le projet Hy4Heat auquel nous participons fonctionne avec de l’hydrogène bleu à très faibles émissions (~50 g/kWh en cycle complet) et vise à l’installation d’ici 2030 de 3 millions de chaudières à hydrogène pur. Une unité pilote est en cours de construction. Toujours au niveau européen, le projet THyGA est également intéressant. Il associe les industries gazières et les pouvoirs publics dans le but de chercher à convertir les réseaux à 20 % d’hydrogène en travaillant entre autres sur les aspects réglementaires et normatifs. En France, Le projet ILOT@GE porté par la mairie de Châteauneuf (42) est très intéressant également, il comprend une plateforme de production d’électricité et de stockage de l’hydrogène à partir d’énergies renouvelables. L’hydrogène produit est utilisé dans une pile à combustible, des stations de recharge pour véhicules FCV et une chaudière à hydrogène. Nous venons d’installer deux nouvelles chaudières, l’une qui fonctionne à l’hydrogène pur, l’autre qui assure un soutien en fonctionnant avec un mélange à 10 % d’hydrogène. Ce type d’écosystème intégré préfigure le futur.

 

Merci à Claude Freyd.

Retrouvez l’intégralité de Live Innogaz en cliquant ici.