Développer les énergies renouvelables dont le biogaz

Exploiter à pleine capacité les énergies renouvelables, dont le biogaz et le biométhane, par l’équilibre entre approches centralisée et décentralisée et l’utilisation des infrastructures existantes

 

Pour accompagner le développement des énergies renouvelables pour la production d’électricité et surmonter leur caractère intermittent, il est crucial de disposer d’une énergie immédiatement disponible, stockable et abondante pour assurer l’équilibre offre/demande à chaque instant. Les centrales à cycle combiné gaz permettent  de répondre à la variabilité des énergies renouvelables et constituent le partenaire indispensable de leur développement.

 

La France fait par ailleurs face depuis plusieurs années au problème croissant des pointes électriques saisonnières qui fragilisent de plus en plus le réseau électrique. Les énergies renouvelables dont la production d’électricité ne coïncide pas avec cette demande supplémentaire participent peu à la sécurité d’approvisionnement en électricité pendant ces périodes.

 

Couplées ou non avec les Smartgrids, qui restent cependant encore trop faiblement développés et pour lesquels de nombreux verrous technologiques et économiques restent encore à lever, les centrales à cycle combiné gaz ressortent donc comme la solution la plus mature pour favoriser dès à présent dans des conditions environnementales satisfaisantes le développement massif des énergies renouvelables électriques

 

Pour sa part, le biométhane étant 100% miscible avec le gaz naturel, son injection dans les réseaux est déjà une réalité et atteindra 56% de la consommation selon les prévisions de l’ADEME.

 

La filière biogaz représente un formidable atout pour l’économie nationale et peut ainsi participer au renouveau du tissu industriel français. Les perspectives ouvertes par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte visant à créer 1 500 méthaniseurs en trois ans offrent un fort potentiel de développement de la filière. Cette progression est désormais possible, le cadre réglementaire permettant l’injection de biométhane dans les réseaux avec des mécanismes de soutien adaptés existants depuis plus de 2 ans. 

 

Elle permet de valoriser des infrastructures existantes pour lesquelles les investissements ont déjà été consentis par les collectivités. Les réseaux de gaz naturel, fort d’une infrastructure représentant 230 000 kms et déjà financés sont  un vecteur très compétitif d’acheminement d’une énergie renouvelable vers les territoires, au plus près des usages des bâtiments.