Actualités

Enjeux environnementaux de la construction neuve : ne nous trompons pas de combat...

15 / 10 / 2018
 
Avec la décarbonation annoncée des énergies, l’empreinte carbone de la construction des logements neufs jusqu’en 2050 sera a minima de 5 à 7 fois plus importante que l’empreinte carbone de l’énergie consommée durant cette période… Ne nous trompons pas de combat !

 

Les réglementations thermiques successives de la construction neuve depuis 1975 ont permis de ramener les consommations alors supérieures à 300kWh/m2.an jusqu'à 50kWh/m2.an en moyenne avec la RT 2012, dernière réglementation en date. Bien que le seul enjeu des réglementations passées ait été la réduction des consommations énergétiques, il n'en demeure pas moins que les émissions de CO2 de la construction neuve ont diminué globalement dans les mêmes proportions.

 

Le niveau de ces émissions a tellement baissé qu'il est aujourd'hui significativement inférieur aux émissions de CO2 liées à la construction (produits de construction et équipements) des bâtiments neufs. C'est d'ailleurs tout le sens du label et de l'expérimentation E+C- sensé préfigurer la future Réglementation Environnementale, RE 2020. C'est également le sens des démarches HQE performance ou du label BBCA. Pour fixer les idées, il est régulièrement évoqué le fait que l'impact équivalent CO2, (CO2eq) de la construction d'un bâtiment neuf équivaut jusqu'à 50 années d'exploitation (basée sur le mix énergétique actuel)  de ce même bâtiment .

 

Ce point est loin d'être anodin. Il signifie très clairement qu'il faudra 50 ans (horizon 2070) pour que les émissions liées à l'exploitation d'un bâtiment neuf construit aujourd'hui soient équivalentes au volume de CO2eq émis en 1 fois, au moment de sa construction. En revanche, quel sera le poids carbone de la ou des énergies utilisées dans ce bâtiment en 2050 voire 2070 ? Probablement proche de zéro dans une perspective de neutralité carbone.

 

Prenons l'exemple d'un bâtiment respectant le critère C1 du label E+C- ; l'impact de sa construction sera au plus de 700 kg CO2eq/m2.an. Si l'énergie utilisée devient progressivement renouvelable pour atteindre, en 2050, 100% (avec un passage à 20% en 2030), les émissions liées à l'exploitation du bâtiment sur toute sa durée de vie représenteront environ 35% des GES émis lors de sa construction/déconstruction.

 

En poussant le raisonnement au périmètre de tout le parc de logements neufs construits jusqu'en 2050, quels seraient les poids respectifs des émissions liées à l'exploitation de celles liées à la construction ?
En prenant l'hypothèse de parts de marché des énergies  dans le neuf comparables à ce qui existe aujourd'hui, pour un volume de 300.000 logements construits annuellement, les impacts carbone seraient alors de :

- 300 à 380 Mt CO2eq pour la construction

- 56 Mt CO2eq pour l'exploitation

 

Ne nous trompons pas de combat. L'enjeu de la construction neuve est clairement de travailler activement à la réduction des émissions des produits de construction et des équipements, tout en  continuant à réduire les besoins et améliorer l'efficacité des systèmes énergétiques... mais aussi en mettant tout en œuvre pour verdir totalement les énergies de réseaux à l'horizon 2050.

 
Hypothèses :
Émissions CO2eq de la construction
• MI : 700 kgCO2eq/m2
• LC : 650 kgCO2eq/m2
Émissions CO2eq en exploitation
• MI : 8,5 kg/m2.an en gaz + CET, 2,55 kg en PAC DS
• LC : 12,8 kg/m2.an en CD ind, 4,75 kg en EJ + CET
• Non prise en compte du contenu carbone lié aux usages spécifiques de l'électricité.
 
 Parts de marché :
• 300.000 logements neufs annuellement
• de 2020 à 2030, 150.000 LC gaz, 50.000 LC électrique, 25.000 MI gaz, 75000 MI électrique
• de 2030 à 2040, 120.000 LC gaz, 80.000 LC électrique, 15.000 MI gaz, 70.000 MI électrique, 15.000 MI bois
• de 2040 à 2050, 100.000 LC gaz, 100.000 LC électrique, 10.000 MI gaz, 65.000 MI électrique, 25.000 MI bois
 
Décarbonation des énergies :
Les énergies deviennent décarbonées à hauteur de 20% en 2030, 40% en 2040 et 100% en 2050.
Pour les matériaux de construction, il reste une émission résiduelle non nulle en 2050 et après de l'ordre de 10%.