Energie gaz et environnement

Un nouveau gaz d’origine renouvelable

L’énergie gaz, qui représente seulement 17% du bilan énergétique français, est l’énergie fossile la moins carbonée la plus à même de répondre aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le développement sur le territoire du biogaz et du biométhane, gaz renouvelables, permettra de diminuer encore davantage les émissions de gaz à effet de serre tout en réduisant la facture énergétique de la France. L’ADEME, dans son scénario 2030-2050, estime que 56% du gaz produit en 2050 sera du gaz issu de la méthanisation, ou « gaz vert », ou de la récupération des excédénts de production des énergies renouvelables électriques, dont l’impact environnemental est quasi nul. 

 

Parcours du gaz vert en quatre étapes, biogaz, biométhane

Source : GrDF 

 

Calculer le contenu CO2, un enjeu majeur pour orienter les choix d’investissement dans le bâtiment

Pour tout nouveau projet ou plan d’action tel qu'un programme de construction de logements ou de bâtiments tertiaires, il est impératif d’orienter les choix d’investissement vers les solutions les moins émettrices de GES. Si l’évaluation du contenu CO2 est aisée pour les énergies fossiles comme le gaz naturel ou le fioul, elle est en revanche bien plus complexe pour l’électricité, cette dernière n’étant pas une énergie primaire mais un vecteur énergétique produit à partir de différentes sources. C’est un enjeu particulièrement important en France qui, contrairement à ses voisins européens, utilise un grand nombre de moyens de production pour produire son électricité.

Pour le contenu CO2 de l’électricité, il existe une méthode qui est basée sur la moyenne des émissions de CO2 générées sur une période passée par le parc de production. L’ADEME limite l’utilisation de cette méthode aux bilans d’émissions de CO2, visés notamment par l'article 75 de la loi Grenelle II. Les valeurs sont disponibles dans la base carbone qui a été récemment mise à jour.  En revanche, aucune méthode d'évaluation adaptée à des nouveaux projets n'a à ce jour, fait l'objet d'un consensus entre toutes les parties prenantes

 

Des technologies performantes au service de la sobriété énergétique et du respect de l’environnement

L’énergie la moins polluante étant celle que l’on ne consomme pas, la filière gaz a contribué à faire émerger des solutions novatrices, performantes et multi-énergies pouvant répondre aux exigences de la construction neuve, mais aussi aux défis importants de la rénovation énergétique du parc existant (voir l'Etude Coénove : Quel scénario pour un parc de logements sobre en carbone ?). Parallèlement, l’utilisation de solutions d’efficacité énergétique actives pour la gestion du chauffage et de l’ECS doit être systématiquement envisagée. L’installation d’une régulation de chauffage performante, de robinets thermostatiques et thermostats programmables offrent des résultats significatifs en termes d’économies d’énergie et de confort pour un investissement réduit.

Roadmap technologique gaz

Source : GrDF

 

Le gaz au cœur du développement des énergies renouvelables - ENR

L’énergie gaz est indispensable pour atteindre les objectifs français en la matière, à savoir porter la part des énergies renouvelables à 32% de la consommation finale brute d’énergie en 2030. Associées aux énergies renouvelables, les solutions gaz dans les bâtiments neufs et existants permettent de répondre aux exigences environnementales les plus strictes et aux enjeux de sobriété énergétique posés par la transition énergétique.

Par exemple, l’utilisation d’un chauffe-eau solaire individuel (CESI) couplé à une chaudière à condensation constitue une solution simple, fiable et économique qui permet de réduire les émissions de CO2 et de faire des économies d’énergie de 40 à 60%.

 

 Schéma du fonctionnement d’un chauffe-eau solaire individuel couplé à une chaudière à condensation

Source : echoplanete.com

 

Avec le développement de la filière biogaz et biométhane, l’énergie gaz va devenir de plus en plus une énergie locale et renouvelable qui s’inscrit parfaitement dans le sens de l’économie circulaire et participera à accroître l’indépendance énergétique de la France.