Actualités

PPE : Sortir de la pensée unique électrique

14 / 05 / 2018

« Pour Environnement Magazine, Bernard Aulagne, Président de Coénove, signe une tribune où il revient sur l’importance de donner une place au gaz et aux énergies renouvelables dans le débat de la PPE et rappelle que "le mix énergétique de la France ne se résume pas à son seul mix électrique".

 

La PPE (Programmation Pluriannuelle de l’énergie) qui vise à décliner les objectifs de la Loi de Transition Energétique, doit être révisée d’ici la fin de l’année 2018 et fixer les grandes orientations pour les périodes 2019-2023 et 2024-2028. Au-delà des contributions d’experts, les Pouvoirs Publics ont souhaité organiser un large débat public, ouvert depuis le 19 mars dernier. Ce débat public est assurément une chance pour notre pays. Il nous donne l’opportunité de réfléchir prospectivement et collectivement à ce que nous devons mettre en œuvre pour atteindre les objectifs ambitieux de la Loi de Transition énergétique.

 

Mais pour que ce débat public soit une chance, encore faut-il qu’il soit mené avec objectivité. Sur ce point, le dossier du maître d’ouvrage, réalisé pour lancer le débat et mis à la disposition du public début mars, laisse perplexe : dès les premières pages, le décor est planté et se résume à une réflexion sur la transformation profonde... du mix électrique français, sans aucune mention des autres composantes du mix énergétique du pays, pourtant indispensables à sa sécurité d’approvisionnement.

 

Lancer un débat sur un sujet aussi sensible en donnant d’emblée une vision aussi partielle et partiale de la réalité pose question sur l’objectif de la consultation.Certes, cette confusion (entretenue ?) n’est pas nouvelle : depuis le lancement du programme électronucléaire des années 70, la France est bercée au son d’une douce musique vantant les mérites de la fée électricité... en occultant la réalité.

 

Il est temps d’ouvrir les yeux et de sortir de cette pensée unique qui réduit systématiquement les questions énergétiques à leurs seules composantes électriques. Non, le mix énergétique de la France ne se résume pas à son seul mix électrique. À cet égard, l’analyse des deux précédents hivers... Pour découvrir la suite de la tribune sur le site d'Environnement Magazine, cliquez ici. »