Actualités

Le logement, ce sont avant tout des occupants

07 / 09 / 2017
performance des bâtiments au niveau de leur consommation

 

Le logement, ce sont avant tout des occupants... Cette affirmation, le groupe de travail RBR 2020 2050 du Plan Bâtiment Durable l'a bien comprise en mettant en consultation cet été une note relative au confort dans les logements.

 

​Alors que l'expérimentation relative à la future réglementation thermique - dite environnementale au travers du label E+C- vient d'être lancée, le GT RBR propose de se recentrer sur une approche moins conventionnelle mais in fine plus proche de la « vraie vie » et tout aussi essentielle des fonctions auxquelles doit répondre un logement dont la finalité première est bien la réponse aux attentes de ses occupants.

 

Ce document met en avant les grandes idées suivantes :

 

-        Le nécessaire besoin de flexibilité du logement et le degré de liberté laissé à l’occupant. Cette responsabilisation doit par contre s’accompagner d’une bonne information sur les conséquences des gestes engagés, notamment en matière de surconsommation et donc de coûts.

 

 -        Le poids relatif grandissant des usages spécifiques de l’électricité vis-à-vis des 5 usages pris en compte dans la RT2012. Estimés à 70 kWh/m2.an et en constante progression, ils représentent de loin la première source de consommation des logements neufs. L’importance de ces chiffres atteste de la nécessité de prendre en compte l’ensemble des usages du logement dans le cadre de la future réglementation.

 

 -        Le rôle essentiel de la maintenance des équipements, trop souvent passé sous silence. Le maintien des performances et du confort des usages chauffage et ECS sont directement liés à l'entretien périodique des équipements dans le temps. Celui-ci concerne tous les équipements, y compris la pompe à chaleur, équipement très présent dans la maison individuelle neuve. Dans ce domaine, la connectivité grandissante des appareils ouvre des perspectives intéressantes.

 

 -        La nécessaire prise en compte dans les prochaines années de la qualité de l’air intérieur. In fine, s’il ne s’agit pas uniquement de confort ressenti mais aussi de considérations sanitaires et d’hygiène. Les débits d’air à l’intérieur du logement trop longtemps abordés uniquement sous l’angle de la performance énergétique, doivent sans doute être renforcés pour garantir une meilleure qualité de l’air intérieur.

 

 -        La remise en cause du tabou du 19°C universel. A ce titre, la proposition de ne pas se focaliser sur un seul scénario mais de viser une approche multi-critères pour appréhender la conception des futurs logements nous semble une voie à privilégier. Ainsi, plusieurs scénarii conventionnels reflèteraient bien plus la réalité d’occupation des logements sous l’angle du triptyque Consommation/Confort/Coût, le facteur décisif pour la pleine réussite de cette démarche résidant dans l’information, la sensibilisation et la pédagogie vis-à-vis des occupants.

 

 -        La contribution de la connectivité (ex-domotique), pourvoyeuse de services à l’utilisateur pour améliorer entre autre son confort quotidien, ce point mérite d’ailleurs à notre sens un plus grand développement.

 

 

Forte de cette analyse partagée, Coénove propose de compléter la réflexion des éléments suivants :

 

1.     Le confort ECS :

 Dans la perception du caractère confortable du bâtiment, l’Eau Chaude Sanitaire tient et tiendra un rôle important. Il s’agit d’un besoin fondamental, peu marqué par la saisonnalité mais qui est par contre très distinctif en fonction de la composition familiale. La note ne fait pas mention de cet aspect qui de plus, en termes de consommation énergétique (20 kWh ep/m2.an), devient prépondérant par rapport au besoin de chauffage en diminution constante.

 

  2.     Le choix du système de chauffage :

 Le choix du système de chauffage impacte également sensiblement la notion de confort. Il est admis que les systèmes avec une part de rayonnement sont plus confortables et limitent la remontée de la température de consigne. Le vecteur eau contribue au confort de l’utilisateur du fait qu’il mixe rayonnement et convection.

 

 3.     De nouvelles fonctions pour les futurs logements ou futurs bâtiments dans lesquels ils s'inscriront :

 - Des espaces de vie commune notamment en zone urbaine pour ré-humaniser la vie en immeuble collectif, comme cela se fait fréquemment en Allemagne ou en Scandinavie  (salle de sport, salle de jeux, salle de réception, salle de lavage ...) gagneraient à être développés

 - L’adaptation à une population de plus en plus vieillissante doit être prise en compte, tout en essayant de rapprocher les générations (colocation 4è et 2ème âge)

 

Les réflexions du GT amenant à considérer un logement comme un espace de flexibilité et de modularité nous semblent très pertinentes, d’autant plus qu’elles se rapprochent des conditions réelles d’occupation des bâtiments.  

C’est bien cette flexibilité d’usage qui doit dicter les réflexions dans le cadre de la prochaine réglementation, visant à la fois à redonner de la liberté à l’occupant en veillant à ne pas s’enfermer dans des solutions toutes faites.

 

 Découvrez l'intégralité de la contribution COENOVE à cette note RBR Confort