Actualités

Billet du Président

14 / 03 / 2018

 

 

Débat public sur la PPE : STOP à la pensée unique électrique !

 

 

 

Trop, c ‘est trop ! Avant même l’ouverture du débat public, les 167 pages du dossier du maître d’ouvrage mis à la disposition du public début mars laissent perplexe. Dès les premières pages, le décor est planté et se résume à la transformation profonde du mix électrique français ; sans aucune mention des autres composantes du mix énergétique du pays, pourtant indispensables à sa sécurité d’approvisionnement. Si les trois objectifs clés recherchés sont louables (40% d'électricité renouvelable en 2030, la fermeture des centrales à charbon d'ici 2022 et la réduction de la part du nucléaire à 50% dans un proche horizon), Coénove dénonce cette pensée unique qui réduit systématiquement les questions énergétiques à leurs seules composantes électriques.

 

Lancer le débat sur un sujet aussi sensible en donnant une vision partielle et partiale de la réalité pose question. L’Association Coénove tient à rappeler que la contribution de l’électricité à la sécurité d’approvisionnement du pays les jours les plus froids dépasse actuellement à peine 30% (constat fait en 2017 et 2018) avec toutes les inquiétudes régulièrement exprimées sur la capacité du système électrique à répondre. Dans le même temps, le gaz couvre plus de 40% des besoins.

 

Quels que soient les efforts de sobriété et d’efficacité énergétique, le pays aura toujours besoin d’énergies puissantes, disponibles à tout moment et rapidement mobilisables telles que le gaz, mais un gaz qui va devenir progressivement renouvelable. En fait, compte tenu de sa place incontournable aujourd’hui dans le paysage énergétique du pays, décarboner le mix énergétique français, c’est d’abord décarboner le gaz.  La PPE doit donc viser un mix énergétique complémentaire et diversifié, avec un moindre recours au fioul et où toutes les énergies se verdissent, au premier rang desquelles le gaz, mais également la base électrique et les réseaux de chaleur.

 

Orienter le débat sur les seules énergies électriques revient donc à se priver des apports de toutes les autres filières à la décarbonation du mix énergétique du pays et c’est surtout, au-delà du strict aspect énergétique, faire l’impasse sur les externalités positives sociétales apportées par la méthanisation : complément de revenus pour la filière agricole, contribution à l’économie circulaire notamment… Tout le monde ne peut pas en dire autant !