Les chaudières actuelles sont-elles trop puissantes par rapport aux exigences de la RT 2012 ?

Comment sont utilisées les chaudières actuelles ?

Les chaudières individuelles gaz peuvent être simple service (chauffage) ou double service (chauffage et eau chaude sanitaire). Dans ce dernier cas, elles peuvent produire l'eau chaude sanitaire (ECS) de façon instantanée/micro-accumulée, ou en étant associée à un ballon de stockage.

 

Quelle est leur puissance ?

La production d'un service d'eau chaude de qualité nécessite soit une puissance de l'ordre de 24 kW (en micro-accumulation), soit un ballon d'accumulation de 100 à 150 l. La puissance chauffage, quant à elle, varie de 6 à 12 kW.

En immeuble collectif chauffé individuellement au gaz, pour des raisons d'encombrement, le choix se porte plutôt sur une chaudière double service à micro-accumulation d'environ 24 kW.

 

Y-a-t-il une « surpuissance » par rapport aux exigences de la RT 2012 ?

La question de la puissance des chaudières individuelles gaz n’est pas chose nouvelle. Depuis la mise en application du label BBC (Bâtiment Basse Consommation), les besoins de chauffage des bâtiments ont fortement diminué. Depuis 2010, plusieurs essais et simulations ont été réalisés au CETIAT (Centre Technique des Industries Aérauliques et Thermiques) et au CRIGEN (Centre de recherche et d’innovation Gaz et énergies nouvelles du groupe ENGIE).

Les plus récents ont donné lieu à un rapport daté de décembre 2015 qui a permis de montrer que la puissance des chaudières individuelles gaz demeure bien adaptée aux faibles besoins de chauffage des bâtiments RT 2012.

 

Qu’en est-il de la performance à faible charge et a-t-on connaissance de contre-références ?

La performance à faible charge (30% de leur puissance maxi) de ces chaudières est en fait plus importante que leur performance à puissance maxi. Des chaudières individuelles gaz à très forte modulation de puissance (1 à 10) existent également sur le marché. Les gains annuels supplémentaires obtenus avec ces chaudières seraient de 0,4 à 3,5% selon les essais réalisés au CETIAT.

Par ailleurs, il n'est pas apparu de contre-référence en confort ou en surconsommation liée à cette problématique alors que le label BBC existe depuis près de 10 années et que la RT 2012 est appliquée depuis 3 années.

 

Le coût d’une chaudière n’est-il pas lié à sa puissance ?

Le coût des chaudières individuelles gaz n'est pas directement proportionnel à leur puissance ; une chaudière de 24kW a ainsi un faible surcoût par rapport à une chaudière de 14kW.

 

 

Conclusion : la chaudière individuelle gaz est tout à fait adaptée aux logements  RT 2012 :

  • en chauffage seul (3 à 11 kW) associée à une solution de production d’ECS renouvelable (CET, solaire thermique) pour la maison individuelle ;
  • ou double service pour le  logement collectif.