Le consommateur raisonne en énergie finale, mais…

C’est l’énergie primaire qui est le seul mode de comptabilisation des consommations reflétant la totalité de l’énergie consommée : sur le lieu d’utilisation, mais aussi en prenant en compte les pertes nécessaires à la production et au transport d’énergies secondaires comme l’électricité. Il est coutumier d’entendre dire que dans la mesure où les factures d’énergie sont exprimées en énergie finale et que le consommateur raisonne donc en énergie finale, il est nécessaire de définir ainsi les objectifs environnementaux. Pour ces mêmes observateurs, la RT 2012, exprimée en énergie primaire, serait donc « inintelligible pour le citoyen ». Il y a ici une certaine confusion volontairement entretenue. En effet, l’objectif final des réglementations thermiques et des indicateurs environnementaux est de rechercher une performance énergétique sur le long terme et de rendre compte de la manière la plus objective de la qualité des transformations énergétiques.